dimanche 11 décembre 2016

Un été à Taranga ( 21 ) - Patrie ( travail, famille )

Côté « Karaoké d'estrade », les Indonésiens sont servis !
Nous sommes à Taranga, le 16 août, la veille de la Fête Nationale. Tous les écoliers, les collégiens et les lycéens du village paradent sur la route qui traverse le village, en uniforme et au pas cadencé, comme de bons petits soldats. Cela fait plus d'une semaine que les jeunes ont cessé tout apprentissage afin de s'entraîner à défiler. Tant d'heures qui auraient pu être mises à profit pour développer un peu de cet esprit critique qui leur fait tellement défaut ! Car le problème n'est pas l'amour qu'ils portent à leur pays, mais le fait que cette affection sans bornes les mène tout droit au fanatisme et à l'aveuglément … « Notre pays est le plus beau ! Notre bouffe la meilleure ! Notre culture supérieure à toutes les autres ! » Autant de conneries qu'on leur enfonce dans le crâne depuis leur plus jeune âge ... S'ils savaient ! Les records mondiaux de l'Indonésie ? La déforestation ! La corruption ! La prostitution … Le fleuve le plus pollué au monde ? En Indonésie ! Classement Pisa 2016 ? 62ième sur 70 ! ... Et toutes ces actualités en provenance de l'Archipel qui font se poiler le monde entier … Tous les pays ont leurs problèmes et aucun ne saurait s'ériger en modèle à suivre, mais à quoi bon se regarder le nombril pendant des jours entiers ?
Aussi, en ces jours de Grande Messe, où l'on déverse des hectolitres de grosse soupe nationaliste dans les jeunes esprits, j'aimerais les inviter, tous ces gosses, à réfléchir à tous ces foutus carcans mentaux qui les empêchent de libérer leur formidable potentiel : la bigoterie, la propagande d'Etat et le militarisme ...
Je voudrais pouvoir leur parler, à tous ces mômes, de la situation des couples mixtes. Savent-ils que les Indonésiennes qui épousent un étranger perdent tout droit à la propriété ? Que si l'idée les prend de vouloir acquérir un terrain ou une baraque, il leur faut passer par un prête-nom, avec tous les risques que cela comporte … Ces lois xénophobes ne sont pas tombées du ciel : elles sont le résultat de 350 ans de colonisation et de dizaines d'années de dictature militaire durant lesquelles le pouvoir s'est acharné à infantiliser la population, mais tout de même, si elle connaissait leur existence, la jeune génération trouverait-elle normale qu'on tarde autant à les abroger ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire