dimanche 14 mai 2017

Alléluia ! Il est disponible !
FORT GONO – Le livre
par Fred L R
Editions du Bouk Emissaire
Couverture sérigraphiée, 230 pages

14 récits de l'Indonésie des années post-Suharto
Portraits, récits de voyages et de catastrophes humaines ou naturelles
Du Kalimantan à Aceh, en passant par Java

A propos de Fort Gono ...
« De 1999 à 2012, j'ai effectué de nombreux voyages en Indonésie. N'ayant aucun talent pour la pratique de la photographie mais tout de même désireux de ne rien oublier de mes longs séjours sur place, j'ai rédigé, de façon très progressive, plusieurs récits. Dans leur immense majorité, ceux-ci ont été publiés dans un fanzine : FORT GONO. Sept numéros sont d'ores et déjà parus. Cet ouvrage est une compilation de mes textes favoris ... »

Extraits …
« Passé le moment des retrouvailles, mon camarade m'apprit que toutes les routes isolées qui avaient fait notre bonheur étaient désormais interdites à la circulation. Sillonnées par des convois de militaires à la gâchette facile, elles étaient fréquemment le théâtre d'escarmouches sanglantes. » ( Aka )

« Les pires moments que je passai à Pontianak eurent lieu fin 2001, à l'occasion des frappes américaines en Afghanistan. Au lieu des traditionnelles plaisanteries, on proférait à mon égard des paroles lourdes de menace : « Mister, aujourd'hui j'ai envie d'égorger un Américain » et autres inepties. De tous ces anonymes, très peu appartenaient à des organisations religieuses militantes. » ( Le Cap de Bonne-Espérance )

« Le petit homme avait placé une urne remplie de différents ingrédients magiques sous le lit des futurs jeunes époux. Il avait lu quelques prières en arabe, puis s'en était allé, récompensé par les parents de la mariée de quelques billets. Mais en vain : le village était à deux doigts de connaître une inondation majeure. Cependant, cela ne semblait pas affecter la réputation du magicien. Au lieu de voir dans ces averses incessantes une preuve flagrante de son inefficacité, les gens continuaient de vanter ses mérites : « imaginez ce qu'il se serait passé s'il n'était pas intervenu : nous serions sous trois mètres d'eau ! Ce faiseur de pluie est vraiment formidable, il a sauvé Taranga ! » ( Le serpent noir )

«  Des voitures couvertes de poussière et de boue dévalaient l'avenue à toute allure. Des camions-bennes, dans un état de saleté comparable, transportaient des gens hébétés, dont certains semblaient s'être roulés dans la gadoue. Nous ne réalisâmes pas tout de suite que cette boue qui les recouvrait avait été projetée par le Merapi. » ( Merapi 2010 )



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire